piracetam

Les nootropiques

Les nootropiques sont des substances qui amélioreraient la compétence intellectuelle. Le plus utilisé est le piracétam, qui agit peut-être grâce à l’amélioration de la dopamine et à la transmission de la noadrénaline.

Jusqu’à présent, aucune étude contrôlée n’a porté sur les effets du piracétam en cas de TDAH. Un autre nootropique, souvent contenu dans les médicaments en vente libre contre Ie TDAH, est le déanol, considéré comme un précurseur de l’acétylcholine. Dans une étude à double insu contrôlée contre placebo, le déanol semblait améliorer la performance des enfants affichant un trouble de l’apprentissage et du comportement, presque autant que le méthylphénidate . Les critères de sélection étaient toutefois très mal définis. Les enfants étaient aiguillés par suite d’un mauvais rendement scolaire, et l’échantillon étudié était hétérogène, car seulement 49 des 74 enfants présentaient des antécédents clairs d’hyperactivité et aucune mesure des principaux symptômes de TDAH n’avait été effectuée.



Se détendre, bien manger, prendre le temps de lire, se faire masser… Nous savons tous que notre bien-être dépend de notre capacité à nous traiter avec douceur et bienveillance. Mais de la théorie à la pratique, il y a un pas, parfois très difficile à franchir.


piracetam TDAH notropique piracétam TDAH nootropiques




Le fer : Une carence en fer démontrée devrait être traitée. Cependant, un essai ouvert sur les suppléments de fer administrés à des garçons atteints de TDAH ne présentant pas de carence en fer n’a démontré aucune amélioration des évaluations comportementales faites par l’enseignant, même si celles des parents étaient plus positives (28). Puisque cette étude n’a pas été suivie d’un essai clinique contrôlé, rien n’étaye l’indication d’administrer des suppléments de fer de manière systématique aux enfants atteints de TDAH. Le magnésium : Une étude démontrait une amélioration du comportement d’une cohorte d’enfants atteints de TDAH et présentant une carence relative en magnésium (29). Cependant, ce compte rendu isolé ne justifie pas l’administration systématique de suppléments de magnésium aux enfants atteints de TDAH. La pyridoxine (vitamine B6) : Une étude à double insu a démontré une tendance en faveur d’une amélioration du comportement chez les enfants atteints de TDAH prenant de la pyridoxine par rapport au méthylphénidate et à un placebo (30). Aucune autre étude n’a confirmé cette tendance, et la pyridoxine n’est pas recommandée, à moins de carence documentée. Zinc : Une étude faisait état d’un zinc sérique plus faible chez les enfants atteints de TDAH en santé et bien nourris par rapport à un groupe d’enfants sans TDAH (31). Une autre étude laissait supposer que le zinc nutritionnel peut être important pour la réponse des enfants atteints de TDAH à la dextroamphétamine, et que les bénéfices potentiels de l’huile d’onagre (de l’acide gamma-linolénique) sont dérivés de l’amélioration ou de la compensation de zinc nutritionnel limite (32). Il n’existe pas d’étude contrôlée, et un apport de suppléments supérieur à l’allocation quotidienne recommandée n’est pas indiqué en l’absence de carence documentée. Les acides gras essentiels : Certaines études démontrent que les enfants atteints de TDAH présentent un taux plus élevé de symptômes non spécifiques, caractéristiques d’une carence en acides gras essentiels (p. ex., plus grande soif et atopie) (33–35). L’huile d’onagre contient plus de 70 % d’acide cislinoléique et environ 9 % d’acide cisgammalinolénique, et elle est réputée améliorer le comportement des enfants hyperactifs (36). Une autre source d’acides gras essentiels demeure l’huile de poisson, qui contient de l’acide docosahexénoïque, un acide gras polyinsaturé à longue chaîne dont le précurseur obligatoire est l’acide alphalinolénique. Cependant, trois études en insu contrôlées contre placebo sur les suppléments d’acides gras essentiels chez les enfants atteints de TDAH ne révélaient que des amélioration minimes ou ne s’associaient à aucune amélioration du comportement (37–39). Le rôle des suppléments alimentaires dans le traitement du TDAH Les enfants atteints de TDAH peuvent présenter un risque accru de carence marginale de certains micronutriments, en raison d’habitudes alimentaires erratiques et d’une diminution de l’appétit découlant du traitement aux stimulants. Bien qu’aucune étude ne soutienne le recours à des méga-doses de micronutriments, les enfants atteints de TDAH peuvent avoir besoin de suppléments de multivitamines et de minéraux sur une base quotidienne pour respecter les exigences alimentaires quotidiennes recommandées

medicament tdah






citation bonheur SUITE ------>>>>>


Sommaire :

Qu'est-ce que le TDAH ? A quoi le reconnaît-on ?
Quelles sont les répercussions d'un TDAH ? Quelles sont les causes ?
Comment un TDAH peut rester longtemps inaperçu ?
Le TDAH en tant que force Traitement
Mon parcours scolaire
La vie de couple Le TDAH et moi
Ce qui nous donne des ailes
Règles de vie / Citations
Comment augmenter son taux de dopamine
Approche naturelle