Citations / règles de vie















Se détendre, bien manger, prendre le temps de lire, se faire masser… Nous savons tous que notre bien-être dépend de notre capacité à nous traiter avec douceur et bienveillance. Mais de la théorie à la pratique, il y a un pas, parfois très difficile à franchir.












On a trop écouté papa et maman

Si du regard des autres dépend le regard que nous posons sur nous, c’est le regard parental qui, le premier, nous permet de développer une relation bienveillante – ou non – avec notre corps.

« Savoir s’occuper de soi ou se négliger dépend à la fois de notre histoire personnelle et de notre éducation, analyse la psychothérapeute Michèle Freud.

La perception de soi est façonnée par des mots, des gestes et des regards perçus dans l’enfance. Si cette expérience a été satisfaisante, nous pourrons construire une image saine de notre corps et une bonne estime de soi. Si ce n’est pas le cas, la relation au corps sera plus difficile, et on préférera oublier ce mal-aimé de différentes manières : mauvaise nourriture, surmenage, absence d’hygiène de vie, etc.»

A ces données de départ, viennent s’ajouter les messages positifs ou négatifs transmis par notre éducation. « Ce conditionnement détermine nos comportements : ne pas oser prendre du temps pour soi sans culpabilité, considérer que s’occuper de soi est une perte de temps, une preuve d’égoïsme, associer repos et paresse… » Toutes ces croyances, plus ou moins conscientes, peuvent nous rendre sourds à nos besoins et freiner notre aspiration au mieux-être.

Evelyne, 36 ans, pose un regard à la fois envieux et un peu méprisant sur « celles qui se chouchoutent comme dans les magazines féminins ». « Des masques, des massages, du yoga…, quand travaillent-elles ?

Je gère une entreprise d’informatique de vingt personnes, j’ai deux enfants, je n’ai vraiment pas le temps de me dorloter ! » Mais Evelyne n’est aveugle ni sur son histoire, ni sur la façon dont elle a dû s’imposer dans un milieu très masculin.

Son père, ex-chef d’entreprise, l’a toujours considérée comme son « héritier ». « Pas “héritière”, précise-t-elle en souriant.

Chez nous, la valeur absolue, c’est le travail et la réussite sociale.

Aujourd’hui pourtant, j’aimerais être plus douce avec moi, plus sensible et moins cérébrale, mais c’est trop tard, les mauvaises habitudes sont prises !»












citation bonheur SUITE ------>>>>>


Sommaire :

Qu'est-ce que le TDAH ? A quoi le reconnaît-on ?
Quelles sont les répercussions d'un TDAH ? Quelles sont les causes ?
Comment un TDAH peut rester longtemps inaperçu ?
Le TDAH en tant que force Traitement
Mon parcours scolaire
La vie de couple Le TDAH et moi
Ce qui nous donne des ailes
Règles de vie / Citations
Comment augmenter son taux de dopamine
Approche naturelle